SPVIE PATRIMOINE : partenariat exclusif avec Raymond James Asset Management International

SPVIE PATRIMOINE : partenariat exclusif avec Raymond James Asset Management International

Les mesures fiscales proposées par le gouvernement dans le sillage de celles publiées cet été afin de tenter de réduire le déficit public vont modifier sensiblement la situation des clients patrimoniaux.

La gestion optimisée d’un patrimoine, la recherche de rendements et de performances vont être, plus que jamais, associées au choix des « bonnes » stratégies de gestion.

C’est dans ce contexte que la cellule SPVIE Patrimoine a décidé de nouer un partenariat exclusif avec la société de gestion Raymond James Asset Management International, spécialisée dans la gestion d’actifs financiers.

Créé en 1962 et première implantation du groupe Raymond James Financial en France en 1987, Raymond James International est un des leaders dans l’intermédiation sur titres vifs pour le compte d’une clientèle institutionnelle. Il bénéficie d’une recherche de qualité issue du pôle d’analyse financière de la maison-mère Raymond James Financial. Depuis 1995, Raymond James a développé une activité de gestion pour compte de tiers.

L’objectif pour SPVIE est de faire bénéficier aux clients privés et institutionnels du meilleur service possible, avec des moyens d’assurer une réelle diversification, tout en assurant une proximité avec les gérants.

Une gestion personnalisée, au quotidien.

Certains investisseurs avisés gèrent eux-mêmes leur portefeuille boursier via internet. Mais beaucoup préfèrent déléguer cette tâche à un professionnel. A l’opposé de la gestion collective, la gestion individualisée sous mandat, ou gestion discrétionnaire, permet aux investisseurs ayant des capitaux suffisants de bénéficier d’une gestion individualisée de leurs avoirs. L’investisseur donne alors un mandat de gestion à Raymond James Asset Management International pour gérer le portefeuille d’instruments financiers en adéquation avec son profil de risque.

Avant la signature du contrat, le client est soumis à une batterie de questions dans la droite ligne de la directive MIF harmonisant les conditions de commercialisation des placements financiers à l’échelle européenne. La curiosité du gérant concerne à la fois la situation financière et familiale du client, mais aussi des facteurs plus subjectifs. «Nous devons apprécier son degré de connaissance des marchés financiers ainsi que sa perception du risque pour définir son profil», précise Adrien Blum, gérant clientèle privée chez Raymond James Asset Management International.

Diversification et  flexibilité du portefeuille.

Les investisseurs ne peuvent désormais plus accepter de rester investis lorsque l’environnement est particulièrement hostile, comme ce fut le cas en 2000 et 2008. «Nos clients souhaitent que nous fassions évoluer leur portefeuille en utilisant l’intégralité de la fourchette d’actifs risqués définie par leur mandat avec eux, qu’il s’agisse d’actifs privés ou de trésorerie d’une personne morale », confirme Adrien Blum.

Du côté des banques, la part des sicav dans les mandats est généralement plus importante. Certaines maisons se contentent de puiser dans les produits de leur groupe, ce qui n’est pas le cas dans les services proposé dans le cadre de notre partenariat, puisque Raymond James Asset Management – Gestion Privée propose à ses clients une sélection en architecture ouverte des meilleurs fonds du marché. 

Au service du client au quotidien.

Une fois le mandat signé, le client est régulièrement informé des opérations réalisées sur son portefeuille et de l’évolution des marchés. «Certains clients souhaitent échanger chaque mois avec leur gérant pour faire le point sur le portefeuille. D’autres, en revanche, préfèrent un contact trimestriel, voire moins fréquent. Nous nous adaptons à leur demande, y compris dans le type de reporting envoyé», précise Adrien Blum. Autre avantage, la fréquence des contacts n’influence en aucun cas le coût facturé par l’établissement pour leur gestion sous mandat.

Savoir fixer les bornes.

La notion de risque peu être très différente d’un client à l’autre. «Nous cherchons à comprendre quel est l’écart maximal accepté par le client entre le point haut et le point bas de la valeur de son portefeuille sur un an». Raymond James propose plusieurs profils de gestion cible, déterminés par la part du mandat consacrée aux actions, indicateur du niveau de risque global :

  • Le mandat Défensif : privilégier la sécurité

Destiné aux investisseurs prudents, ce mandat est destiné aux souscripteurs souhaitant limiter leur exposition aux marchés actions (maximum 30%) grâce à un investissement permanent et majoritaire sur les produits de taux et diversifiés.

  • Le mandat Equilibre : profiter des opportunités de marché

Le mandat équilibré s’appuie sur les orientations de Raymond James Asset Management International et est destiné aux souscripteurs souhaitant une gestion active de leur épargne tout en étant capables d’assumer les risques d’une exposition sur les marchés actions pouvant aller jusqu’à 60%.

  • Le mandat Dynamique : bénéficier d’un rendement à long terme

Le mandat dynamique est réservé aux souscripteurs recherchant une forte valorisation à long terme de leurs investissements et capables d’assumer pleinement les risques liés à la mise en œuvre de cette stratégie présentant une exposition élevée (jusqu’à 90%) sur les marchés actions.

SPVIE PATRIMOINE met en place un partenariat exclusif avec Raymond James Asset Management International pour la gestion de ses clients privés.

SPVIE Patrimoine est votre interlocuteur privilégié pour la mise en place d’un mandat de gestion personnalisé, que ce soit dans le cadre d’un portefeuille privé ou de la gestion d’actif d’une société patrimoniale (SCI Patrimoniale, Holding, Société de participation).